Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Effet de l'écoute de mots déjà hallucinés chez les sujets schizophrènes en rémission : étude de six cas par la résonance magnétique nucléaire fonctionnelle
    L'hypothèse d'un discours intérieur non reconnu comme sien par le sujet halluciné et l'hypothèse d'une activité aberrante de l'aire auditive primaire demeurent les deux hypothèses les plus étudiées actuellement afin d'expliquer la genèse des hallucinations auditives. Dans la plupart des cas, le contenu verbal des hallucinations auditives demeure le même d'un épisode psychotique à l'autre même si les deux épisodes sont séparés par une longue période de rémission. De plus, ce contenu est souvent réactivé lors de situations stressantes pour le sujet atteint. Nous émettons l'hypothèse que le contenu verbal des hallucinations auditives demeure présent à un niveau infra-clinique, même durant les périodes de rémission totale, et que l'écoute d'un tel contenu active les régions cérébrales impliquées dans le traitement cognitif des hallucinations. Dans cette étude, nous avons utilisé, chez des sujets schizophrènes, l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) afin d'identifier les régions cérébrales associées au traitement de mots déjà entendus par ces sujets au cours de leurs hallucinations auditives. Les sujets schizophrènes devaient être en rémission totale des hallucinations auditives depuis au moins une année. Des sujets sains ont été imagés tandis qu'ils entendaient les mêmes mots. Les résultats ont révélé que l'écoute du contenu hallucinatoire s'accompagne d'une activation essentiellement localisée au niveau de la région orbitofrontale/préfrontale médiane chez les sujets schizophrènes mais pas chez les sujets témoins. Nous en concluons que les mots hallucinés produisent des changements hémodynamiques au niveau cérébral même en période de rémission totale relativement aux hallucinations auditives. La région orbitofrontale/préfrontale médiane serait un site important pour le traitement des mots hallucinés. Un dérèglement de cette région, habituellement impliquée dans le traitement des émotions, conduirait à l'association inappropriée d'une émotion particulière aux mots hallucinés. De cette façon, même des mots neutres sur le plan affectif deviendraient chargés émotionnellement, retenant l'attention du sujet halluciné et biaisant ses perceptions auditives.[résumé d'auteur]


    Mots clé : NEUROBIOLOGIE ; HALLUCINATION AUDITIVE ; EMOTION ; FONCTION COGNITIVE ; LOBE CEREBRAL ; EXPERIMENTATION HUMAINE ; SCHIZOPHRENIE ; REMISSION ; ECOUTE ; MOT ; IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer