Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

La loi sur la rétention de sûreté : psychologues et psychiatres, alibis d'une nouvelle forme de relégation perpétuelle ?
    Auteurs : Letuvé, Alain
    Date de parution : 2008
    Pagination : déc-13
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : JOURNAL DES PSYCHOLOGUES
    "Le 25 février 2008, la loi instaurant un dispositif permettant de prolonger sans limite l'enfermement de personnes ayant accompli leur peine est entrée en vigueur. Malgré de fortes oppositions exprimées, la loi sur la rétention de sûreté sera donc applicable concrètement dès que les centres de rétention existeront. Cela signifie, en clair, qu'il va être demandé très prochainement aux psychologues de faire des prédictions sur le niveau de dangerosité d'un futur libéré une fois sorti de prison ; cela veut dire que notre évaluation sera la base de la décision de retenir un individu en captivité au-delà de ce que la justice en aura décidé ; cela veut dire également que si l'on se trompe... Robert Badinter a fermement alerté les psychologues sur le fait que l'avenir de la mise en place d'une telle mesure, qui s'apparente à ce qui se passe dans un Etat de sûreté et non dans un Etat de droit, est entre les mains des professionnels qui y sont nommés, à savoir essentiellement les psychologues, et que nous seuls pouvons encore faire changer les choses en refusant cette instrumentalisation scandaleuse. Alain Létuvé, modérateur d'une table ronde qui a été l'occasion pour Robert Badinter de s'adresser directement aux psychologues présents, retrace les grandes lignes de cette loi pour en dégager les points critiques. [résumé d'auteur]"


    Mots clé : ETUDE CRITIQUE ; TEXTE OFFICIEL ; EVALUATION ; DANGEROSITE ; DEONTOLOGIE ; PSYCHOLOGUE ; RETENTION DE SURETE ;
    Numéro : 260
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer