Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Psychopathie et troubles de la personnalité associés : recherche d'un effet particulier au trouble borderline ?
    "Cette étude se propose d'évaluer les relations entre les troubles de la personnalité et la psychopathie. Un regard particulier sera porté sur le trouble borderline vu son implication pour la prise en charge. L'hypothèse générale est qu'il existe des liens entre la psychopathie et la présence d'autres troubles de la personnalité, principalement de l'axe II cluster B (narcissique, antisocial, histrionique, borderline) et parmi ceux-ci un lien particulier avec le trouble de la personnalité borderline. La population est composée de 80 détenus adultes de sexe masculin (âge : M =31,48 ans ; SD=11,06). Les outils d'évaluation sont : la PCL-R [Hare, RD. The Hare psychopathy checklist-revised manual. Toronto: Multi-Health System Inc; 2003], le SCID-II [J Personal Disord 9 (1995) 83­91], le MINI [Lecrubier Y, Weiller E, Hergueta T, et al. MINI, Mini International Neuropsychiatric Interview. French Version; 1998] et la WAIS-III [Eur Rev Appl Psychol 4 (2001) 437­41]. Nos résultats suggèrent que les troubles narcissique et antisocial sont positivement associés à la PCL-R (score global, facteurs 1 et 2, ces deux derniers représentant les dimensions interpersonnelle et comportementale de la psychopathie) ; un lien avec le trouble paranoïaque est aussi apparu (cluster A). Le trouble borderline est seulement associé au score global et au facteur 2. Les régressions linéaires multiples (procédure Stepwise) suggèrent que les diagnostics de personnalités antisociale et paranoïaque ont un effet sur le score total à la PCL-R et le facteur 2. Les troubles de personnalités antisociale et narcissique ont un impact sur le facteur 1. Contrairement à ce qui était attendu, et bien que corrélée au score total à la PCL-R et au facteur 2, la personnalité borderline ne prédit significativement ni le score total ni celui de chaque facteur de la PCL-R. Ces résultats suggèrent qu'impulsions et caractéristiques antisociales (facteur 2), narcissiques et paranoïaques sont essentielles à repérer.[résumé d'auteur]"


    Mots clé : TROUBLE DE LA PERSONNALITE ; PSYCHOPATHIE ; ETAT LIMITE ; ECHELLE D'EVALUATION ; ENQUETE ; PRISON ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer