Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Etude exploratoire des relations entre conscience émotionnelle, partage social des émotions, états anxieux et états dépressifs
    "Les états anxieux et dépressifs sont de plus en plus répandus. Leur prévalence respective actuelle est estimée autour des 12 %. Cette recherche vise à étudier le fonctionnement émotionnel spécifique aux individus pouvant présenter chaque type d'état (anxieux et/ou dépressif). Notre objectif est donc d'analyser les relations pouvant exister entre les dimensions d'anxiété et de dépression, le niveau de conscience émotionnelle (capacités d'identification et de différenciation de ses propres émotions et de celles d'autrui) et le processus de partage social des émotions (mécanisme de régulation émotionnelle interpersonnelle). L'échantillon de notre étude compte 107 participants volontaires issus de cabinets de médecine générale d'une part et de la population tout-venant d'autre part. L'âge moyen de l'ensemble des sujets est de 43,21 ans (±12,76) avec une proportion de 13 hommes pour 94 femmes. Deux groupes de sujets ont été constitués sur la base de leurs niveaux d'anxiété et de dépression évalués par l'Hospital Anxiety and Depression Scale (HAD) ; [Acta Psychiatr Scand 67 (1983) 361­70]. Le groupe « AD » est constitué de sujets anxieux et anxio-dépressifs (n =60). Le groupe « NAD » est constitué de sujets non anxieux et non dépressifs (n =47). Des échelles auto-évaluatives composent notre protocole : l'échelle d'évaluation des niveaux de conscience émotionnelle (LEAS) ; [Am J Psych 144 (1990) 133­43] et l'échelle d'évaluation du partage social des émotions (Rimé, 1989) utilisée sur la base du rappel d'un événement négatif marquant. Les analyses corrélationnelles montrent la présence d'une relation négative entre le niveau de conscience émotionnelle et la dimension d'anxiété (r =­26 ; p =0,04), mais positive entre le niveau conscience et celui de dépression (r =0,37 ; p =0,003). De plus, les individus anxieux manifesteraient une tendance à l'inhibition du partage social des émotions (r =0,26 ; p =0,05) dans le but de ne pas réactiver le vécu émotionnel négatif, alors que dans le cas de la dépression, il s'agit de l'inhibition de certains aspects du vécu émotionnel (r =0,33 ; p =0,01) que l'individu ne souhaite pas soumettre au regard d'autrui. Les résultats apportent des données intéressantes concernant une population « infraclinique » (sujets anxio-dépressifs pris en charge en cabinets de généraliste). Leur portée est cependant limitée par la taille de l'échantillon qui pourrait être élargi pour poursuivre nos investigations. Cette étude permet d'approfondir les connaissances sur les capacités d'identification et de régulation des émotions d'individus présentant des symptômes anxieux et/ou dépressifs.[résumé d'auteur]"


    Mots clé : DEPRESSION ; ANXIETE ; EMOTION ; EXPRESSION DE L'EMOTION ; ENQUETE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer