Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Mémantine (Ebixa) : une nouvelle stratégie thérapeutique dans le traitement des formes modérément sévères à sévères de la maladie d'Alzheimer
    Auteurs : Gallarda, Thierry ; Lôo, Henri
    Date de parution : 2004
    Pagination : 69-79
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : ENCEPHALE
    La maladie d'Alzheimer est définitivement sortie de son ghetto et identifiée comme problème (et priorité ?) de santé publique sous la déferlante du vieillissement démographique. Les quinze dernières années témoignent des progrès considérables réalisés dans le domaine de la maladie : progrès dans la connaissance des mécanismes étiopathogéniques, génétiques et biochimiques, progrès dans l'approche sémiologique, clinique et paraclinique, progrès dans la mise en place de centres de diagnostics précoces et de réseaux de soins pluridisciplinaires, progrès continus enfin dans les thérapeutiques mises à disposition des patients ou en cours de développement. Aux quatre médicaments inhibiteurs de l'acétylcholinestérase dont l'action symptomatique a été documentée chez les patients atteints de stades légers à modérément sévères de la maladie, s'ajoute désormais un médicament antagoniste non compétitif des récepteurs N-Méthyl-D-Aspartate (NMDA), la mémantine (Ebixa®). Un des mécanismes pathogéniques de la maladie d'Alzheimer serait une suractivité des neurones glutamatergiques. Différentes études précliniques ont démontré que la mémantine (Ebixa®) inhibait la suractivité glutamatergique dans la MA par une action modulatrice des récepteurs NMDA. Depuis le début des années 1990, plusieurs essais cliniques contrôlés réalisés sur des patients atteints de MA aux stades modérément sévères à sévères (3 < MMSE <= 14) ont démontré une efficacité de la mémantine sur des critères cognitifs (Évaluation cognitive des démences sévères) (Severe Impairment Battery - SIB), fonctionnels (Fuctionnal Assessment Stage - FAST) ou globaux (Clinician's Interview-based Impression of Change-CIBIC-Plus). Les données de ces études associées à une expérience clinique de la mémantine en Allemagne depuis 1982 confirment sa sécurité d'emploi et son bon profil de tolérance aux posologies utilisées (10 à 30 mg/j). Le traitement par mémantine réduirait le coût global de la maladie en allégeant le fardeau de l'aidant et en retardant l'entrée des malades en institution. Ces différentes études ont conduit à son acceptation dans cette indication par l'Agence Européenne du Médicament. L'efficacité de la mémantine aux stades léger et modéré de la MA est en cours d'évaluation. Des résultats préliminaires plaident également en faveur de son efficacité dans certaines formes de démences vasculaires. Enfin, la bonne tolérance de son association aux anticholinestérasiques pourrait offrir, pour la première fois, une réelle possibilité de bi thérapie dans la maladie d'Alzheimer. Des études complémentaires devront confirmer le gain de la bithérapie.[résumé d'auteur]


    Mots clé : DEMENCE ; MALADIE D'ALZHEIMER ; DEMENCE VASCULAIRE ; PHYSIOPATHOLOGIE ; NEUROTRANSMETTEUR ; GRAVITE ; TRAITEMENT ; POLYMEDICATION ; ESSAI CLINIQUE ; EFFICACITE ; TOLERANCE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer