Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Epidémiologie des troubles anxieux en psychiatrie libérale : prévalences, comorbidité et retentissement (étude DELTA)
    Peu de données sont actuellement disponibles sur la prévalence et les caractéristiques associées des troubles anxieux en consultation spécialisée en France, notamment dans le secteur libéral. Or la psychiatrie ambulatoire libérale représente une des principales filières de soins pour les patients souffrant de ces troubles, avec un accès direct possible en première intention et des pratiques de prise en charge très diversifiées (pharmacothérapie mais également psychothérapies de types très variés). Notre étude transversale avait donc pour objectif de décrire la prévalence des troubles anxieux dans une large population de patients consultant en psychiatrie libérale, et par ailleurs d'étudier les phénomènes de comorbidité, la sévérité des troubles, leur retentissement fonctionnel et la consommation de soins associée à cette pathologie. Les patients étudiés ont été recrutés et évalués par 501 psychiatres répartis sur tout le territoire, lors d'une première demande de consultation. Les inclusions devaient se faire de manière consécutive pour éviter tout biais de sélection, mais en excluant de principe les pathologies psychotiques et les démences. Un échantillon de 1955 patients a ainsi pu être constitué, tous faisant l'objet d'une évaluation diagnostique standardisée par le Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) et d'une évaluation dimensionnelle de la sévérité des troubles, de la qualité de vie, et des consommations de soins. Au total, au moins un trouble anxieux actuel est retrouvé chez 64,3 % des patients, contre 55 % pour les troubles de l'humeur. Les taux de prévalence sont, par ordre décroissant : 29,4 % pour le trouble anxiété généralisée, 25,9 % pour l'agoraphobie, 19,2 % pour le trouble panique, 15,3 % pour les phobies sociales, 11,4 % pour les troubles obsessionnels-compulsifs, et 5,4 % pour les états de stress post-traumatique (ESPT). Des antécédents de tentatives de suicide sont retrouvés chez 12 à 20 % des patients selon les troubles, et un risque suicidaire élevé est retrouvé par exemple chez 25 % des patients souffrant d'ESPT. Les scores des échelles d'intensité symptomatique, de fonctionnement global et de qualité de vie indiquent en moyenne une symptomatologie anxieuse importante, à l'origine d'un retentissement significatif. Environ les trois-quarts des patients ont bénéficié d'une consultation médicale au cours des trois mois précédant l'enquête, et 9 % ont été hospitalisés. Un arrêt de travail est signalé pour 25 % des patients au cours des trois derniers mois, d'une durée moyenne de 35 jours. Concernant les consommations médicamenteuses avant la consultation chez les patients anxieux, il faut souligner la prépondérance de l'utilisation des anxiolytiques (85 à 98 % selon les catégories de troubles anxieux) par rapport à celle des antidépresseurs (20 à 40 %). On note également que 38,4 % des patients de l'ensemble de la population prennent des anxiolytiques de manière quotidienne depuis au moins trois mois, dont environ 40 % présentent des signes de dépendance. Au total, cette étude montre l'importance quantitative des troubles anxieux chez les patients consultant en psychiatrie libérale, toutes les catégories étant représentées, de même que le niveau élevé de sévérité de ces troubles. En comparaison des quelques données publiées antérieurement, les taux de prévalence des troubles anxieux semblent en augmentation.[résumé d'auteur]


    Mots clé : ANXIETE ; EXERCICE LIBERAL ; SOIN PSYCHIATRIQUE ; EPIDEMIOLOGIE ; COMORBIDITE ; DEPRESSION ; GRAVITE ; RISQUE SUICIDAIRE ; PRESCRIPTION MEDICALE ; PSYCHOTROPE ; PSYCHOTHERAPIE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer