Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

De l'intérêt clinique du concept d'héboïdophrénie. A propos de deux cas de schizophrénie criminelle
    En dépit des représentations collectives et des faits dramatiques régulièrement rapportés par les médias, notre expérience clinique nous incite à penser que les patients atteints de schizophrénie ne sont pas tous dangereux. En effet, parmi les grandes dimensions symptomatiques classiquement liées à cette maladie, certains regroupements sémiologiques semblent plus prédictifs d'un risque hétéroagressif. Et cette perception paraît encore plus nette lorsque l'on élargit l'investigation à l'histoire du sujet, à ses traits de personnalité, ses modalités relationnelles, ses représentations psychiques. En ce sens, le concept d'héboïdophrénie, tombé en désuétude dans les nosographies actuelles, constitue pour nous un modèle clinique toujours pertinent et propice à de nouvelles réflexions. Pour illustrer notre propos, nous avons choisi de présenter deux cas cliniques aux similitudes frappantes en dépit d'une grande divergence contextuelle. Il s'agit de deux patients atteints de schizophrénie qui se distinguent du commun par leur histoire criminelle meurtrière. Après discussion comparative, notre réflexion s'élargit sur la prévisibilité de tels actes chez ce type de patients, et des possibilités de prise en charge médicale... sous le spectre de la Loi. [résumé d'auteur]


    Mots clé : SCHIZOPHRENIE ; CRIME ; SYMPTOME ; SEMIOLOGIE ; CAS CLINIQUE ; PARRICIDE ; PASSAGE A L'ACTE ; PSYCHOPATHIE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer