Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Peut-on guider le traitement des hallucinations sur la base de la sémiologie et de la phénoménologie ?
    "L'analyse sémiologique de l'hallucination peut être enrichie d'une approche dimensionnelle, qui permet notamment d'explorer ce phénomène de manière transnosographique. Dans le cas de l'hallucination acousticoverbale, trois dimensions sont communément utilisées : (i) le 'quoi', qui définit la complexité sensorielle de l'hallucination ; (ii) le 'qui', qui correspond à l'identité du locuteur mais également l'attribution à soi ou à autrui de ces stimuli ; et enfin (iii) le 'where', qui renvoie à la localisation spatiale des voix perçues. Actuellement, l'imagerie fonctionnelle permet d'associer des signaux cérébraux spécifiques à certaines de ces caractéristiques phénoménologiques, telles que la modalité sensorielle décrite, le caractère intrusif de l'hallucination ou encore la perception de l'hallucination comme intrapsychique ou au contraire spatialisée. Une caractérisation clinique fine de ces expériences peut par ailleurs permettre de guider certains traitements psychiatriques, tels que la neuromodulation (rTMS, tDCS), grâce à des outils de neuronavigation. En effet, des cibles de stimulation transcrânienne non invasive peuvent être repérées précisément et pour chaque individu sur la base des données cliniques et des données de l'imagerie fonctionnelle de capture hallucinatoire propre au sujet. Ainsi l'exploration fine de la phénoménologie et de la sémiologie hallucinatoire est en mesure, aujourd'hui, de nous aider à mieux traiter nos patients et à les soulager de symptômes envahissants et parfois pharmacorésistants.[résumé d'éditeur]"


    Mots clé : IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ; TRAITEMENT ; HALLUCINATION ; PHENOMENOLOGIE ; SEMIOLOGIE ; STIMULATION MAGNETIQUE TRANSCRANIENNE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer