Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Initiation d'un AVK pour fibrillation atriale : avec ou sans héparine initiale ?
    Dans un numéro de fin 2016 du Journal of the American Heart Association, sont rapportés les résultats d'une étude rétrospective de cohorte française, faite à partir des données nationales de l'Assurance Maladie (base SNIRAM : Système national d'information inter-régimes de l'assurance maladie) croisées avec les données du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI), qui évaluait l'efficacité et le risque hémorragique de l'association héparine - antivitamine K (AVK) à l'initiation d'un traitement anticoagulant pour une fibrillation atriale (FA) chez des patients ambulatoires. Entre le 1er Janvier 2010 et le 30 Novembre 2014, ont été inclus 90 826 patients ambulatoires pour lesquels un AVK était initié pour une FA non valvulaire (fluindione dans 82,8 % des cas, warfarine dans 10,4 % des cas, acénocoumarol dans 6,8 % des cas). Étaient exclus les patients considérés comme à haut risque de saignement (dialyse, cancer, anémie, insuffisance hépatique, ulcère digestif récent ou actif, démence) ou à haut risque thrombotique (antécédent d'accident vasculaire cérébral ou systémique embolique, d'accident ischémique transitoire, de coronaropathie). L'âge moyen des patients était assez élevé, de 72,3 ± 11,7 ans, le sex-ratio était paritaire (49,9 % de femmes), les risques thrombotique et hémorragique des patients étaient assez faibles avec un score CHA2DS2-VASc moyen de 2,8 ± 1,5 et un score HAS-BLED moyen de 1,9 ± 1. [résumé d'auteur]


    Mots clé : ANALYSE DE CONTENU ; ANTIVITAMINE K ; ETUDE CRITIQUE ;
    Volume : 42
    Numéro : 8
    Notes : Analyse d'1 article paru en anglais, fin 2016
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer