Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Anxiété sociale et phobie sociale
    Auteurs : Pelissolo, Antoine
    Date de parution : 2016
    Pagination : 1-6
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : EMC PSYCHIATRIE
    La phobie sociale, dénommée également anxiété sociale, est un des troubles psychiques les plus fréquents puisqu'il touche environ 5 à 7 % des sujets de la population générale, sur une durée longue le plus souvent. Cette pathologie est définie par une peur excessive et gênante du regard de l'autre dans les situations d'interactions simples ou plus formelles, que ce soit devant un groupe ou une seule personne, avec des conséquences importantes en termes d'anxiété anticipatoire et d'évitements sociaux. Il existe plusieurs sous-types (anxiété circonscrite aux situations de performance, phobie sociale généralisée) et différentes formes cliniques, dont la peur obsédante de rougir en public dénommée éreutophobie. Les principaux diagnostics différentiels, qui peuvent être aussi des troubles comorbides, sont les troubles schizoïdes et paranoïaques, la personnalité évitante et l'agoraphobie. Les complications les plus fréquentes sont les dépressions, qui surviennent dans au moins 50 % des cas sévères, et les addictions. Les bases psychopathologiques des phobies sociales sont cognitives (peur du jugement négatif d'autrui, faible estime de soi, perfectionnisme), tempéramentales (timidité, émotivité, inhibition), et comportementales (évitements sociaux renforçant les peurs, autocentration excessive). Ce trouble est associé à une hyperréactivité amygdalienne, avec défaut de régulation émotionnelle, aux stimuli sociaux perçus comme menaçants. Le traitement des phobies sociales repose en premier lieu sur les thérapies comportementales et cognitives, notamment en groupe, avec des méthodes d'exposition au regard de l'autre, de restructuration cognitive et d'affirmation de soi. Dans les formes sévères et fortement handicapantes, un traitement médicamenteux complémentaire à l'aide d'un antidépresseur sérotoninergique peut être prescrit sur plusieurs mois avec des effets souvent très positifs. Au vu de la prévalence élevée de cette pathologie, de son retentissement et de l'efficacité des traitements mis en place précocement, le dépistage de cette pathologie à un âge jeune, en médecine générale et en psychiatrie, est un objectif important.[résumé d'auteur]


    Mots clé : ANXIETE ; PHOBIE SOCIALE ; DEFINITION ; DIAGNOSTIC ; DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL ; EPIDEMIOLOGIE ; ETIOLOGIE ; TRAITEMENT ; THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE ; THERAPEUTIQUE MEDICAMENTEUSE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer