Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Abus et dépendance au cannabis à l'adolescence
    Après avoir considérablement augmenté des années 1990 au début des années 2000, la consommation de cannabis chez les adolescents se maintient à un niveau élevé. En France où le taux de consommation chez les jeunes est le plus important d'Europe, le cannabis demeure un problème majeur de santé publique. Les formes de cannabis utilisées, principalement herbe ou résine, sont de plus en plus variées et certaines sont particulièrement riches en principe psychoactif, le tétrahydrocannabinol (THC). De récentes découvertes ont permis de mieux connaître le système cannabinoïde chez l'homme, un système complexe mettant en jeu des récepteurs spécifiques avec leurs ligands correspondants : les endocannabinoïdes. La connaissance des motivations, des mécanismes et des effets de la consommation du cannabis s'est rapidement améliorée au cours des deux dernières décennies. On sait par exemple que ce produit est utilisé par les adolescents dans un but non seulement ' récréatif ' mais aussi ' autothérapeutique ' ou, plus exactement, dans une tentative de gestion des émotions. En effet, même si le cannabis atténue la symptomatologie dans un premier temps, il aggrave la plupart des pathologies psychiatriques et fait décompenser les adolescents fragiles. De plus, en raison de ses effets sur les fonctions cognitives, le cannabis altère le développement de l'adolescent, occasionnant une perte de chance pour son avenir. Dans le parcours de l'adolescent, l'apparition et la pérennisation d'un usage abusif ou d'une dépendance au cannabis sont la résultante de facteurs de risque individuels, familiaux et environnementaux insuffisamment contrebalancés par des facteurs de protection. Face à cette consommation, différentes thérapies existent, qu'elles soient individuelles ou familiales. Toutes ont pour objectif d'amoindrir les facteurs de risque (influences négatives des pairs, pratiques parentales, prise de conscience de l'adolescent) et de mettre en avant les facteurs de protection (compétences psychosociales de l'adolescent, implication des parents, mobilisation du milieu extrafamilial).[résumé d'auteur]


    Mots clé : CANNABIS ; PSYCHOTHERAPIE FAMILIALE ; DEPENDANCE ; ADOLESCENT ; JEUNE ADULTE ; PRISE EN CHARGE ; NEUROBIOLOGIE ; FACTEUR DE RISQUE ; THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer