Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Intérêt de l'électroconvulsivothérapie de maintenance dans les troubles de l'humeur
    "L'électroconvulsivothérapie de maintenance (ECT-M) peut être indiquée chez les patients atteints de trouble dépressif majeur dans le cadre de trouble bipolaire ou de trouble schizoaffectif traités avec succès par une cure d'ECT, et qui résistent aux traitements de maintenance par psychotropes ou qui ne les tolèrent pas. Nous avons évalué dans le cadre d'une étude rétrospective la réponse aux ECT-M chez 25 patients avec un diagnostic de troubles dépressifs de l'humeur ou de troubles schizoaffectifs selon les critères du DSM IV-TR et qui ont bénéficié d'un traitement par ECT-M pendant une durée d'au moins six mois. L'évaluation de l'efficacité thérapeutique des ECT-M s'est basée sur l'évolution des scores de la Brief Psychiatric Rating Scale (BPRS) et de la Global Assessment of Functionning (GAF) avant et après ECT-M, ainsi que du nombre de jours d'hospitalisation 12 mois avant la cure et sur une durée médiane d'ECT-M de 13 mois. Nous avons évalué les symptômes cognitifs par les scores de Mini Mental Score Examination (MMSE) réalisés au cours de l'épisode aigu et après la dernière séance d'ECT-M. Notre étude a mis en évidence une amélioration significative des scores de la GAF après au moins six mois d'ECT-M (34,8±12,6 vs 65,6±10,8 ; p<0,05) de même que les symptômes psychiatriques (BPRS : 79,3±12,4 vs 43,4±10,2 ; p<0,05). Nous observons une légère augmentation du score moyen du MMSE après ECT-M, mais celle-ci demeure statistiquement non significative (moyenne : 24,2±2,4 vs 26,2±2,4 ; p=0,2). Concernant la durée moyenne d'hospitalisation, les résultats obtenus montrent une diminution statistiquement significative du nombre médian de jours d'hospitalisation (72 [59-93,50] jours avant ECT-M vs 43 [25-76] jours depuis la première ECT-M, p=0,017). L'ECT-M a permis une amélioration significative des symptômes psychiatriques et du fonctionnement global de nos patients avec une diminution du nombre de jours d'hospitalisation. Cependant, notre échantillon reste de petite taille et des études prospectives avec un nombre plus important de patients et l'évaluation du traitement par ECT-M seul comparé à un traitement associant ECT-M-chimiothérapie seraient intéressantes.[résumé d'éditeur]"


    Mots clé : ECHELLE D'EVALUATION ; EFFICACITE ; NOSOLOGIE ; PHARMACORESISTANCE ; SISMOTHERAPIE ; TROUBLE DE L'HUMEUR ; TROUBLE SCHIZOAFFECTIF ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer