Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Pères d'un nouveau genre et leurs enfants
    "Le Cecos (Centre d'Etude et de Conservation des OEufs et du Sperme) de l'Hôpital Cochin a ouvert en 1999 un programme pour l'insémination artificielle avec donneur (IAD) de la compagne d'un homme d'origine transsexuelle (transman). Ce projet avait suscité des réticences, discutées dans un comité d'éthique: interrogation sur la santé mentale du transman, sa capacité à être père, sur la possibilité d'un développement normal chez les enfants, en particulier sur la construction de leur identité sexuée. Un suivi des enfants fut proposé aux parents pour savoir si les objections faites étaient pertinentes, auquel cas il faudrait interrompre le programme, ou non pertinentes, auquel cas on serait fondé à poursuivre le programme et en proposer la généralisation aux autres Cecos. Ce suivi a été accepté des parents, qui ont été revus avec leurs enfants à la fin de la première année de l'enfant, puis tous les deux ans, dans le cadre d'une consultation. De 2000 à 2010, 42 enfants (28 garçons et 14 filles) sont nés de 29 couples et, à la fin de 2010, 24 enfants avaient été suivis, les autres devant être vus l'année suivante. Ce suivi montre qu'il ne s'agit pas de couples homosexuels; ces couples sont stables; le père se conduit en père compétent; mais ce sont des pères sans pénis qui s'identifient aux valeurs masculines et paternelles de leur culture. Quant aux enfants, ils vont bien, se développent normalement, ont l'air d'être heureux de vivre et se sentent des garçons ou des filles en accord avec leur sexe biologique. Il avait été recommandé aux parents de dire la vérité sur l'IAD et le transsexualisme du père. Pour l'IAD, il n'y a guère eu de problèmes. Pour le transsexualisme, malgré leur désir d'en parler à l'enfant, les pères ne trouvaient pas les mots pour le dire; un livret écrit et dessiné par l'un des pères les a aidés, montrant qu'il s'agissait de parler simplement de leur enfance telle qu'ils l'avaient vécue, ce que les pères ont souvent du mal à faire spontanément. Il n'y a pas lieu de regretter d'avoir permis à des transmen d'accéder à la paternité. Il sera intéressant de voir comment leurs enfants vivront leur adolescence. [Résumé d'auteur]"


    Mots clé : TRANSSEXUALISME ; PATERNITE ; INSEMINATION ARTIFICIELLE ; DEVELOPPEMENT DE L'ENFANT ; ETUDE LONGITUDINALE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer