Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Livre

L'arthérapie : d'un lien art et médecine. Volume IV, Créativité, juridisme, épistémologie : de la création au juridisme, philosophie de l'art qui soigne
    Auteurs : Vialaret, Jimi-B.
    L'Harmattan (Editeur )
    Date de parution : 2012
    Pagination : 210 p.
    ISBN : 978-2-336-00554-6
    Localisation CHSA : BmHEy
    Cote : 505-249-4
    Le processus de création est la cheville ouvrière de l'arthérapie. L'arthérapeute peut y voir de quoi nourrir ses espoirs les plus prégnants quant à la guérison des malades. Sauf que, si tout est dit, de la plus pure fantaisie des méthodes de créativité à l'argument le plus résistant quant à cette créativité, rien n'est élucidé sur le fond, et ce que l'auteur appelle 'principe d'oeuvralisation' recèle encore bien des secrets. Sous forme d'anthologie de la création et avec quelques anecdotes, le chapitre sur la créativité en arthérapie pose la question de l'inconscient : est-il ou non le responsable de cette créativité, ou ne sert-il qu'à l'interprétation de l'oeuvre ? Les réalisations des patients appartiennent-elles au dossier médical ou s'opposent-elles à lui en ce qu'elles sont des oeuvres artistiques et, par conséquent, assujetties aux règles qui régis-sent toutes les oeuvres artistiques ? Quelle place est faite pour une éthique juridique en arthérapie, et quelle est la recevabilité des interprétations en termes juridiques ? Dans une controverse singulière, l'auteur analyse différents codes de déontologie arthérapeutiques et leurs spécificités. Pour terminer cette série de quatre volumes sur l'arthérapie, l'auteur tranche sans détour, dans sa rubrique épistémologique, sur une arthérapie scientifique qui en est à ses balbutiements. 'L'arthérapie est indicielle. Elle dispose de propriétés observables qui attestent la vraisemblance d'un acte de soin. Le besoin d'utilisation de l'art pour soigner, dans une société démocratique, ne doit pas être le besoin de présentation de soi dans un irrationnel qui justifierait de tout. La réflexion sur soi qui est une exigence politique pour se situer clans la société ne doit pas méconnaître les dangers d'une société qui ferait de l'art une inoffensive qualité de ce qui est beau.' [résumé d'éditeur]


    Mots clé : ART THERAPIE ; CREATIVITE ; ART ; DEONTOLOGIE ; PRATIQUE PROFESSIONNELLE ; DROIT ; ART THERAPEUTE ; EPISTEMOLOGIE ; PHILOSOPHIE ;
    Classification : 505 Psychiatrie littéraire
    Lieu : Paris
    Notes : Fig./Bibliogr. p. 195-205
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer
disponible