Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Place de l'inhibition dans le trouble obsessionnel compulsif
    La nature des mécanismes neuropsychologiques sous-jacents à l'expression symptomatique du trouble obsessionnel-compulsif reste encore à déterminer. Nombreuses sont les études qui mettent en évidence des déficits cognitifs mais la diversité des méthodologies et la mixité des sous-types cliniques empêchent de dégager des constantes en termes de profil neurocognitif. Les études qui se sont attachées à l'examen des fonctions exécutives accordent toutefois une importance au rôle exercé par l'inhibition et la flexibilité cognitive dans l'expression symptomatique du trouble obsessionnel et compulsif (TOC). La plupart d'entre elles mettent en évidence un défaut d'inhibition et une altération de la flexibilité cognitive qui pourraient rendre compte du caractère inflexible et répétitif des pensées et des actes commun à toutes les formes du TOC. L'objectif de cet article est de réunir des arguments de la littérature qui plaident en faveur de l'hypothèse d'un déficit d'inhibition et de flexibilité cognitive. La première partie est consacrée à l'approche théorique neuropsychologique plaçant l'inhibition et la flexibilité comme médiateur prometteur pour la compréhension du TOC. En seconde partie, nous passerons en revue des études utilisant différentes mesures de l'inhibition et la flexibilité, dont les résultats vont dans le sens de cette hypothèse.[résumé d'éditeur]


    Mots clé : INHIBITION ; NEUROPSYCHOLOGIE ; TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer