Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Facteurs de protection dans les conduites d'alcoolisation chez les étudiants de l'université Saint-Esprit de Kaslik au Liban. Etude transversale effectuée sur des étudiants séminaristes et non séminaristes
    Objectif L'objectif de notre étude consiste à comparer les conduites d'alcoolisation chez des étudiants âgés de 18 à 25ans au sein de l'université Saint-Esprit de Kaslik à Beyrouth. Par ailleurs, nous avons postulé que les conduites d'alcoolisation et les facteurs de protection dans la même université varient selon que les étudiants sont séminaristes ou non. Nous avons cherché à voir si les étudiants séminaristes ont des conduites d'alcoolisation (binge drinking , abus, dépendance) moindres par rapport aux étudiants non séminaristes, et s'ils ont des facteurs psychologiques personnels de protection (optimisme, bonne estime de soi, stratégies d'adaptation positives à résoudre les problèmes et résilience) plus élevés que les étudiants non séminaristes. Sujets et méthodes Notre étude concerne un échantillon de 200 étudiants libanais de l'université Saint-Esprit de Kaslik, université francophone libanaise, âgés de 18 à 25ans, répartis dans quatre facultés (théologie, gestion, sciences et médecine) de 50 personnes chacune. Les étudiants ont été informés et ont consenti volontairement à passer deux questionnaires anonymes : le premier permet de dépister les sujets ayant des conduites d'alcoolisation, et le second permet d'évaluer les facteurs psychologiques personnels de protection (optimisme, bonne estime de soi, stratégies d'adaptation positives à résoudre les problèmes et résilience). Résultats Les étudiants en théologie ont des facteurs personnels de protection qui les protègent contre les conduites d'alcoolisation ­ un optimisme plus élevé que les autres, des stratégies d'adaptation plus positives, une meilleure résilience et une bonne estime de soi ­ plus que ceux qui sont dans les autres facultés. Cela les différencie des autres étudiants concernant l'usage à risque et le binge drinking , sans qu'il y ait de différence significative concernant l'abus et la dépendance. Le problème majeur des étudiants au Liban demeure le binge drinking . Conclusion Il serait intéressant de proposer des interventions au sein de l'université. Des groupes de paroles pourraient être mis en place pour favoriser la libre expression sur leur consommation de substances. [résumé d'auteur]


    Mots clé : ALCOOL ; ETUDIANT ; USAGE NOCIF ; RELIGION ; FACTEUR DE RISQUE ; ENQUETE ; EPIDEMIOLOGIE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer