Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Gaëtan Gatian de Clérambault (1872­1934) II. Son héritage psychiatrique
    "Le nom de G. de Clérambault sert actuellement à désigner deux syndromes psychiatriques : en France et en Russie, l'automatisme mental (AM) ; dans le monde anglo-saxon, l'érotomanie. L'AM est devenu le 'syndrome de Clérambault' au congrès des aliénistes de 1927 (Hesnard). La dénomination est reprise par Minkowski (1933). Le grand AM recoupe les 'symptômes de premier rang' de la schizophrénie de Schneider (1939). Les éléments du petit AM sont proches des troubles du cours de la pensée de Bleuler (De Morsier, 1929 ; Heuyer, 1950) et préfigurent la distinction entre symptômes positifs et négatifs de la schizophrénie (Berrios). Les divergences avec l'école de Claude (Ey, 1934 et 1948) portent plus sur la pathogénie des hallucinations et leur place par rapport au délire que sur l'organicité du syndrome. L'érotomanie 'pure' est discutée par Capgras (1923), puis par l'école de Claude (Lacan, 1932 ; Ferdière, 1937). Elle est dénommée 'syndrome de Clérambault' bien plus tard aux États-Unis (Arieti, 1959 ; Lehman, 1967). Une importante comorbidité avec d'autres pathologies mentales y est toutefois relevée. À partir du DSM-III-R (1987), est isolé un 'type érotomaniaque' du trouble délirant. Après leur brouille de 1931, Lacan opère un 'retour à Clérambault', jusqu'à le présenter en 1966 comme son 'seul maître en psychiatrie'. De nombreuses personnalités de la psychiatrie française (Guiraud, Heuyer, Daumézon, Baruk, Sivadon) saluent alors son rôle de précurseur. À la fin du xxe siècle, un ouvrage biographique et un film romancé lui sont exclusivement consacrés. [résumé d'auteur]"


    Mots clé : AUTOMATISME MENTAL ; EROTOMANIE ; HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer