Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Electrophysiologie et vulnérabilité schizophrénique : la composante P300 comme endophénotype candidat ?
    Les études concernant les étapes initiales de la schizophrénie ont entraîné la recherche de marqueurs stables de vulnérabilité. Ces endophénotypes potentiels, c'est-à-dire des indices précoces et objectivables, concernent notamment les potentiels évoqués cognitifs. Parmi eux, l'onde P300, impliquée dans les processus d'allocation de ressources attentionnelles, constitue le marqueur électrophysiologique le plus étudié chez les patients souffrant de schizophrénie. Après avoir rappelé l'origine de la notion d'endophénotype et les aspects caractéristiques de l'onde P300, nous proposons de reprendre dans cette revue les résultats récents sur l'onde P300 chez les patients schizophrènes, dans une perspective d'endophénotype potentiel. Nous décrirons notamment les perturbations de la P300 en termes de topographie, d'amplitude et de latence à travers les notions de stabilité temporelle, d'héritabilité et de spécificité diagnostique. En conclusion, nous discuterons les origines possibles de l'hétérogénéité des résultats rapportés, et proposons plusieurs pistes expérimentales pour permettre une évaluation plus systématique des altérations de la P300.


    Mots clé : GENETIQUE ; MARQUEUR BIOLOGIQUE ; POTENTIEL EVOQUE COGNITIF ; SCHIZOPHRENIE ; VULNERABILITE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer