Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Emil Kraepelin (1856-1926) 5 - La renaissance
    Après 1945, la psychiatrie kraepelinienne est l'objet de remises en cause. Dans le prolongement des courants psychanalytique et phénoménologique, le concept de structure mentale remplace le paradigme de maladie, en tant qu'entité morbide autonome définie par sa symptomatologie et son évolution. À partir des années 1960, l'antipsychiatrie anglaise (Laing, Cooper) concentre ses attaques sur la classification des troubles. Mais une 'remédicalisation' de la psychiatrie se manifeste à la fin des années 1970, sous la bannière des 'néo-Kraepeliniens' (Klerman) de l'école de Saint-Louis aux États-Unis. Les DSM-III et IV entérinent la séparation entre schizophrénie et troubles de l'humeur. Une 'dimension' négative déficitaire (Andreasen) est décrite dans les schizophrénies, qui évoque la Dementia Praecox. Par ailleurs, le 'spectre' bipolaire (Akiskal) s'inspire de la conception unitaire de la folie maniaque-dépressive. Alors que l'image de Kraepelin dans 1'historiographie psychiatrique était défavorable pendant les années 1960 et 1970, de nombreux travaux historiques français et anglo-américains le réhabilitent à partir de 1980. [résumé d'auteur]


    Mots clé : HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE ; BIOGRAPHIE ; PSYCHIATRE ; ANTIPSYCHIATRIE ; CLASSIFICATION ;
Voir aussi
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer