Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Madeleine Lebouc : se faire un corps sanctifié par la religion catholique
    Auteurs : Hamon, Romuald
    Date de parution : 2008
    Pagination : 41-52
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : EVOLUTION PSYCHIATRIQUE
    Madeleine Lebouc, alias Pauline Lair Lamotte, passionna Pierre Janet. Ses extases, ses stigmates et sa constante marche sur la pointe des pieds le stupéfièrent bel et bien. Sa consécration en cas paradigmatique dans De l'angoisse à l'extase en témoigne. En raison de sa médicalisation en psychiatrie et de son utilisation pour expliquer scientifiquement la mystique, Madeleine fut conspuée par les ecclésiastiques. Son engagement religieux demeure néanmoins bien réel. Son analyse est d'ailleurs féconde en enseignements. Son orientation existentielle sur les idéaux franciscains assuma pour elle une fonction salvatrice pour limiter les affres de sa psychose déclarée sur un mode cyclothymique jusqu'à ce que cette défense disparaisse. Ce qui la précipita à la Salpêtrière. Au registre de son délire mystique oscillant entre indignité mélancolique et exaltation maniaque, elle se conforma alors à l'image idéale que Janet avait d'elle. À son insu, il fut l'instigateur de l'appropriation des stigmates de sa patiente. Par l'usage de ces signes vénérés dans le catholicisme et de son soulèvement corporel, Madeleine essaya, auprès du célèbre psychologue, de se faire un corps glorieux par une image de sainteté de là où elle avait la sensation d'être maudite en raison de la jouissance malsaine qui la parasitait.[résumé d'auteur]


    Mots clé : HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE ; DELIRE MYSTIQUE ; MARQUAGE CORPOREL ; RELIGION ; CHRISTIANISME ; MYSTICISME ; 19E SIECLE ; TROUBLE BIPOLAIRE ; JANET P ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer