Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Livre

Essai de réduction de la mélancolie en une psychose d'involution sénile
    Auteurs : Capgras, Joseph
    Jouve & Boyer (Editeur )
    Date de parution : 1900
    Pagination : 98 [1] p.
    Localisation CHSA : BmHEy
    Cote : 07-85-3
    Il s'agit de la version publiée de la thèse de doctorat de médecine soutenue la même année à la Faculté de Médecine de Paris devant Alix Joffroy. Originaire de Verdun-sur-Garonne, Capgras est interne des höpitaux de Toulouse avant de s'orienter vers la psychiatrie. Interne des asiles de la Seine en 1858, élève de Valentin Magnan, de Paul Sérieux et de Alix Joffroy, il obtient en 1912 son premier poste de médecin-chef en 1912 à Maison-Blanche avant d'être nommé à Sainte-Anne. Parmi les nombreuses publications de Capgras, les plus originales concernent les folies raisonnantes et l'illusion des sosies. Les " Folies raisonnantes " (qui s'appuie notamment sur le cas Hersilie Rouy), portant en sous-titre " Le délire d'interprétation " parait en 1909 et est écrit en collaboration avec Paul Sérieux. En opposition aux psychoses " acquises ", les auteurs dégagent cette affection du délire systématisé chronique pour le rattacher à une prédisposition constitutionnelle évoluant sans hallucinations, ni démence et distincte du délire de revendication, ce qui le démarque de la paranoïa kraepelinienne. Son étude sera reprise en 1921 dans le Traité de pathologie médicale de Sergent.
    Quant à la description de " l'illusion des sosies dans un délire systématisé chronique " devenue - grâce à Levy-Valensi - le syndrome de Capgras, elle tient dans un article de dix pages, co-signé par son interne, C. Reboul-Lachaux, et publié en 1923 dans le Bulletin de la Société de Médecine Mentale. Les progrès de la neuropsychologie lui ont depuis peu conféré un renouveau d'intérêt. Décrit par Capgras comme une sorte d'agnosie d'identification, ce syndrome, qui consiste en la non-identification par le patient d'une personne familière qu'il prend pour un sosie, a été longtemps considéré comme appartenant à une pathologie purement psychiatrique. On tend actuellement à le considérer plutôt comme en relation avec une atteinte cérébrale organique survenant dans un contexte de disposition affective particulière. [Olga]


    Mots clé : MELANCOLIE ; PSYCHOGERIATRIE ; DEMENCE SENILE ; DELIRE DE SERIEUX ET CAPGRAS ; SYNDROME DE CAPGRAS ; PSYCHOSE SENILE ; MAGNAN VALENTIN ; JOFFROY ALIX ; SERIEUX PAUL ;
    Classification : 07 Thèses et mémoires anciens
    Lieu : Paris
    Langue : français
    Notes : Bibliogr. p. 94-98
    Format : Grand in-octavo
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer
consultation sur place