Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Remédiation cognitive dans la schizophrénie
    Auteurs : Franck, Nicolas
    Date de parution : 2014
    Pagination : 1-10
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : EMC PSYCHIATRIE
    "La remédiation cognitive a pour objectif de limiter l'impact des troubles cognitifs. De tels troubles sont fréquemment associés à la schizophrénie. Ils ont la particularité d'être hétérogènes, chaque patient présentant un profil de dégradation et de préservation de ses compétences qui lui est propre. Ils peuvent affecter les processus neurocognitifs et métacognitifs, ainsi que la cognition sociale. En ce qui concerne la neurocognition, quatre patients sur cinq en moyenne présentent une altération des performances selon les normes établies pour la population générale ; les patients qui restent au-dessus du seuil de normalité accusent généralement une perte par rapport à leur fonctionnement prémorbide. N'étant pas spécifiques, les déficits neurocognitifs ne sont pas pris en compte pour établir le diagnostic. Il est néanmoins important de les identifier et de les quantifier, car ils contribuent fortement au pronostic fonctionnel. Les anomalies également fréquentes qui touchent les deux autres domaines - dont certaines sont spécifiques - contribuent à l'expression symptomatique de la maladie. La métacognition et la cognition sociale doivent donc être systématiquement explorées. Ainsi, l'évaluation neuropsychologique (qui permet d'explorer la neurocognition) doit être complétée par des tâches explorant ces deux domaines, dès qu'une stabilité clinique a été atteinte et que le traitement médicamenteux a été réduit à la posologie minimale efficace. La remédiation cognitive permet de pallier les conséquences des troubles cognitifs (déficits attentionnels, mnésiques, visuospatiaux, exécutifs, métacognitifs et de cognition sociale) en s'appuyant sur l'utilisation de tâches rééducatives destinées à compléter l'action des médicaments psychotropes et de la psychothérapie. Son efficacité a été mise en évidence par de nombreuses études contrôlées et par plusieurs méta-analyses. Les programmes de remédiation cognitive doivent être mis en oeuvre dans le cadre d'un projet de soin individualisé associant le plus souvent d'autres outils de réhabilitation permettant de favoriser la réinsertion sociale et-ou professionnelle du patient (éducation thérapeutique, entraînement des compétences sociales, aide à la construction d'un projet social et-ou professionnel, mise en situation professionnelle et soutien des familles). L'objectif de la remédiation cognitive n'est pas l'amélioration des performances cognitives, mais la réussite de projets concrets dans le domaine social (loisir, logement, etc.) ou professionnel (travail protégé ou dans le milieu ordinaire) à laquelle cette amélioration peut contribuer.[résumé d'auteur]"


    Mots clé : SCHIZOPHRENIE ; REMEDIATION COGNITIVE ; TROUBLE COGNITIF ; FONCTION EXECUTIVE ; MEMOIRE ; ATTENTION ; NEUROPSYCHOLOGIE ; PRONOSTIC ; TECHNIQUE ; PROGRAMME RECOS ;
    Volume : 11-févr
    Numéro : 37-820-A-55
    Notes : 83 réf. bibliogr. ; Fig ; Présentation de programmes visant la restauration neurocognitive, métacognitive et de la cognition sociale.
    Thème : PATHOLOGIE PSYCHIATRIQUE
    Lien URL : http://www.em-premium.com/article/866034
    Actualités : 16 mars 2015
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer