Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Etude qualitative des attentes d'un réseau sanitaire et social pour suivi des troubles psychiatriques sévères dans la communauté
    Par la désinstitutionalisation, le réseau sanitaire et social se trouve plus directement confronté aux personnes souffrant de troubles psychiatriques sévères, tels que la schizophrénie ou les troubles bipolaires. De nombreuses personnes sont impliquées, depuis les voisins et les proches, jusqu'aux professionnels du secteur psychiatrique, en passant par le médecin généraliste ou la police. Les attentes contradictoires vis-à-vis des secteurs psychiatriques entre soins, contrôle social et respect des libertés individuelles deviennent difficiles à gérer sans une meilleure coordination des services. Malgré de nombreuses incitations de politique de santé dans plusieurs pays, la mise en place d'une collaboration de réseau et son évaluation restent difficiles. En particulier, la phase initiale d'évaluation des problèmes et de négociation des objectifs du réseau est souvent trop sommaire et nuit au bon développement ultérieur. Le but de cette étude est d'examiner par des méthodes qualitatives les difficultés rencontrées par les acteurs d'un réseau sociosanitaire dans le suivi des troubles psychiatriques dans la communauté avant la mise en place d'une collaboration de réseau. Vingt-cinq entretiens approfondis et six focus groupes ont été réalisés auprès de personnes impliquées dans le suivi de troubles psychiatriques sévères dans le réseau social et sanitaire (généralistes, psychiatres, infirmiers, travailleurs sociaux, police, juge de paix, proches et représentants des patients). L'analyse de contenu a permis de regrouper différents thèmes selon un modèle matriciel 3 — 3 distinguant le niveau du problème identifié (population, institution ou individu) et le domaine considéré (les valeurs, les processus et l'articulation avec l'environnement). Selon cette analyse, les comptes rendus dactylographiés des entretiens ont été segmentés en 1479 propositions et groupés en 52 thèmes. Dix-sept problèmes clés ont été identifiés au niveau individuel, de population, de processus de soins et du réseau et validés par les focus groupes. La désinstitutionalisation est considérée comme un changement positif pour la plupart des acteurs du réseau sociosanitaire, mais implique une adaptation des pratiques de soins psychiatriques et une meilleure considération des attentes du réseau non psychiatrique. Selon les acteurs du réseau, la densité et la spécificité des soins psychiatriques devraient être mieux précisées par une politique de santé mentale à l'intention des patients les plus vulnérables. Les efforts doivent être différenciés selon les problèmes identifiés : une formation des professionnels de premier recours pour les patients suicidaires et les doubles diagnostics, un soutien direct aux services d'aide sociale pour les patients difficiles à engager dans les soins et une meilleure coordination des services psychiatriques pour les hauts utilisateurs. L'identification de problématiques communes entre les acteurs impliqués constitue une première étape pour favoriser la collaboration dans le réseau. Le modèle de secteur devrait être adapté pour permettre le développement d'équipes de suivi intensif dans le milieu (assertive outreach) et accentuer la liaison avec les soins primaires, deux domaines considérés comme des éléments essentiels d'un dispositif de collaboration en réseau.[résumé d'auteur]


    Mots clé : PATHOLOGIE PSYCHIATRIQUE ; RESEAU DE SOINS ; EVALUATION ; ENQUETE ; EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE ; SECTORISATION PSYCHIATRIQUE ; ORGANISATION DES SOINS PSYCHIATRIQUES ; DESINSTITUTIONNALISATION ; SUISSE ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer