Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Schizophrénie et culture : réalités et perspectives à partir de l'expérience tunisienne
    Bien qu'elle ait bénéficié d'avancées thérapeutiques significatives, au cours des dernières décennies, la schizophrénie est encore considérée comme le 'cancer des troubles mentaux '. Toutefois, de nombreux travaux transculturels ont formellement établi la notion d'une évolution favorable de la maladie dans les pays en voie de développement. C'est cette différence que nous souhaitions explorer en interrogeant la réalité de la schizophrénie en Tunisie, pays émergent, que les principaux indicateurs situent à mi-chemin entre les pays les plus et les moins développés. Le diagnostic de situation est accablant : les patients souffrant de schizophrénie sont les principaux consommateurs de soins psychiatriques hospitaliers et pâtissent, en majorité, d'un handicap sévère sur les plans professionnel et social. L'exemple de la Tunisie montre paradoxalement que le pronostic de la schizophrénie s'aggrave avec le niveau de développement d'une société. La même tendance a d'ailleurs été observée au cours du temps, dans les pays occidentaux. Trois hypothèses sont discutées pour expliquer les variations dans l'espace et dans le temps de la maladie : l'hétérogénéité de la maladie qui comporterait une forme maligne (de mauvais pronostic) et une forme bénigne (de bon pronostic), les progrès de la médecine et de la gynécologie-obstétrique qui favorisent la survie de sujets vulnérables, et les avancées de la psychiatrie qui contribuent à la sélection des schizophrénies les plus résistantes. Le rôle du développement économique dans l'apparition de formes graves de schizophrénie ouvre des perspectives prometteuses de recherche et de prévention.[résumé d'auteur]


    Mots clé : SCHIZOPHRENIE ; CULTURE ; PRONOSTIC ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer