Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Article

Etude de l'EPDS (Echelle postnatale d'Edinburgh) chez 859 mères : dépistage des mères à risque de développer une dépression du post-partum
    Auteurs : Teissedre, F. ; Chabrol, Henri
    Date de parution : 2004
    Pagination : 376-381
    Localisation CHSA : BmHEy
    Titre de la revue : ENCEPHALE
    Cette étude traite de la validation d'une version française de l' Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS, Cox et al., 1987). Les objectifs de cette étude consistent à évaluer, dans les premiers jours après l'accouchement, la valeur du seuil prédictif d'une dépression du post-partum avec l'EPDS et de préciser son seuil pour le dépistage des dépressions majeures du post-partum. Les passations ont été réalisées en 2 temps auprès de mères primipares et multipares dans 3 cliniques privées obstétricales du sud-ouest de la France. Les mères qui présentaient des problèmes psychologiques et bénéficiant d'un traitement étaient exclues de l'étude. Tout d'abord, l'échelle EPDS a été remplie par 859 mères au 3e jour après leur accouchement. Puis, 722 mères ont à nouveau rempli cette échelle entre la 4e et la 6e semaine du post-partum. Parmi ces 722 mères, 131 présentaient une dépression du post-partum. Le diagnostic de dépression a été corroboré par la Beck Depression Inventory (BDI, Beck, 1972), l'échelle de dépression de Hamilton (HDRS, Hamilton, 1967) et le MINI (Mini Neuropsychiatric Interview, Lecrubier et al. 1997). Au 3e jour post-partum, nous notons 30 % de mères dont les scores EPDS sont 9 et 19 % dont les scores EPDS sont 11. Entre la 4e et la 6e semaine post-partum, nous observons 18,1 % de dépression du post-partum, dont 16,8 % de dépression majeure du post-partum. Les analyses factorielles indiquent, au 3e jour du post-partum, une structure composée de 2 sous-échelles, et dans l'évaluation de la dépression du post-partum une structure monofactorielle. L'étude de la sensibilité et de la spécificité au 3e jour post-partum prévoit le score de 9 (sensibilité : 0,88) (spécificité : 0,50) comme la valeur du seuil prédictif de dépression post-partum. L'étude de la sensibilité et de la spécificité entre la 4e et la 6e semaine post-partum prévoit un seuil de 12 pour le dépistage des dépressions majeures du post-partum (sensibilité : 0,91 et spécificité : 0,74). L'étude de la fidélité confirme que l'échelle présente une bonne consistance interne (alpha de Cronbach > 0,80) aussi bien au 3e jour après l'accouchement que dans l'évaluation de la symptomatologie dépressive du post-partum évaluée à partir de la 4e semaine du post-partum. Les résultats psychométriques de l'EPDS sont très satisfaisants. Cette échelle permet à la fois le dépistage précoce des mères à risque de développer une dépression postnatale et, dans les premières semaines du post-partum, celui des mères présentant une dépression du post-partum.[résumé d'auteur]


    Mots clé : DEPRESSION ; ECHELLE D'EVALUATION ; DEPISTAGE ; PREVENTION ; PUERPERALITE ; ECHELLE EPDS ;
       

Envoyer par email
Ajouter au panier
Imprimer