Retour à la page d'accueil





Liens utiles





Pour nous contacter


Bibliothèque médicale
Henri Ey (BmHEY)


IFCS


IFSI













Histoire de la psychiatrie : documents récents

Documents : 93

Article
Front populaire, liberté et psychiatrie : de l'usage de l'histoire / Hazif Thomas, Cyril. 2019 , SOINS PSYCHIATRIE , vol. 40, n° 322. - 41-43 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/article/1300521
Résumé : La volonté de moderniser l'approche du soin psychiatrique tend à réaffirmer la position de sujet de la personne soignée et à la replacer dans un contexte d'empowerment . Retour sur la contextualisation de la dimension de santé mentale qu'elle comporte, par l'impulsion démocratique d'une psychiatrie plus 'émancipatrice'. [résumé d'auteur]
Louis-René Semelaigne (1855­1934) / Garrabé, Jean. 2019 , ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES , vol. 177, n° 6. - 588-596 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/en/article/1297192
Résumé : Louis-René Semelaigne (1855­1934), né à Neuilly-sur Seine, était le fils d'Armand Semelaigne et, par sa mère, le petit-fils de Casimir Pinel (1800­1866), lui-même frère cadet de Philippe Pinel. Interne des hôpitaux de Paris en 1883. René Semelaigne consacre sa thèse de médecine à son illustre ancêtre, Philippe Pinel et son oeuvre du point de vue de la médecine mentale, thèse qu'il soutient le 22 mars 1888 devant un jury présidé par le professeur Benjamin Ball (1833­1893) dont il avait été l'interne. Il exerce ensuite jusqu'à sa retraite à la Maison de Santé, installée à Neuilly-sur-Seine dans l'ancienne 'Folie'Saint-James. René Semelaigne a consacré plusieurs ouvrages importants à l'histoire de la médecine mentale, notamment : en 1894, Les grands aliénistes français, en 1912, Aliénistes et philanthropes et en 1930 et 1932, les deux volumes des pionniers de la psychiatrie française avant et après Pinel. Il a présidé la Société Médico-Psychologique en 1913.[résumé d'auteur]
La fête votive de 1957 à l'hôpital psychiatrique de Saint-Alban / BONNET Marius ; GAUZY Louis ; Gentis, Roger. 2019 , V.S.T. : REVUE DU CHAMP SOCIAL ET DE LA SANTE MENTALE , n° 142. - 113-117 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2019-2-page-113.htm
Ces 'voix' qu'on n'entend pas. Jules Séglas et la nouvelle clinique des hallucinations : présentation de l'article 'Hallucinations psychiques et pseudo-hallucinations verbales' (Journal de psychologie normale et pathologique, 11e année, 1914) / Haustgen, Thierry ; SEGLAS Jules. 2019 , PSN : PSYCHIATRIE SCIENCES HUMAINES NEUROSCIENCES , vol. 17, n° 2. - 57-61 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PSN_172_0057
Pour la citoyenneté et le pouvoir d'agir : le secteur / Catonne, Jean-Philippe. 2019 , PRATIQUES EN SANTE MENTALE , vol. 65, n° 2. - 68-74 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PSM_192_0068
Résumé : L'article salue les possibles avancées qui pourront résulter de nos journées nationales de formation, organisées en 2018 sur la citoyenneté et le pouvoir d'agir. En cette même année 2018, il s'interroge sur les mouvements de lutte qui se sont développés dans un grand nombre de centres psychiatriques. Ils mettent en évidence l'inachèvement du secteur. Le texte qui suit milite pour son aboutissement. [résumé d'éditeur]
Enfermement et contention / CARRE Raphaël ; MORLHON Laurent ; Ponet, Blandine. 2019 , EMPAN , n° 114. - 16-21 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=EMPA_114_0016
Résumé : A travers les résultats des recherches sur le vécu des patients et des soignants, sur les données épidémiologiques de contention physique, la psychiatrie est abordée dans ce qu'elle représente de l'enfermement à son extrême : l'immobilisation totale du sujet. La pratique actuelle de la contrainte physique s'inscrit dans une évolution historique depuis l'Antiquité jusqu'à une levée du tabou aujourd'hui : de nombreux rapports et recommandations ainsi que la législation questionnent sur une recrudescence de ces mesures. Pourtant, comment éviter d'en arriver à ces mesures d'enfermement ? Comment le travail en équipe peut-il permettre d'éviter la contention et que chacun cherche des solutions dans chacune des situations ?[résumé d'auteur]
Mai 68 : entre histoire et mémoire [dossier] / Puig Verges, Nielle ; Schweitzer, Marc-Gérard ; Bénézech, Michel ; HOUSSOU Constant ; Garrabé, Jean ; Bourgeois, Marc-Louis ; Boucaud, Michel de ; Seidel Diaz, Freddy ; Estingoy, Pierrette ; Guedj, Marie-Jeanne ; Gourevitch, Raphaël. 2019 , ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES , vol. 177, n° 5. - 422-467 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/revue/amepsy/177/5
Urgence psychiatrique et Mai 1968 / Guedj, Marie-Jeanne ; Gourevitch, Raphaël. 2019 , ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES , vol. 177, n° 5. - 464-467 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/article/1292196
Résumé : Le mouvement de Mai 1968 a été vécu dans les services de psychiatrie comme ailleurs. A défaut de trouver des faits directement liés au mouvement de Mai, nous nous sommes intéressés à l'histoire de l'urgence psychiatrique et à son évolution pendant cette période de grande mouvance. Un peu avant, un peu après Mai 1968, en dehors des événements marquant la société en mai tels que des manifestations, protestations, grèves..., il est intervenu un événement important dans la psychiatrie française en 1967 qui est la création du CPOA. Ce service, devenu une référence de l'urgence psychiatrique, est fondé sur les mêmes principes humanitaires que ceux de la sectorisation : contre la violence de l'internement, contre le choix des malades pour satisfaire la science, contre les interventions policières strictes pour l'accès aux soins. Ces principes généreux seront déclinés ailleurs dans le mouvement de mai. Nous avons colligé aussi les textes de la législation psychiatrique de janvier 1968 à janvier 1969 car leur mise en oeuvre témoigne de l'état d'esprit du moment : de l'autonomisation de la protection des biens par rapport à l'internement à la création de la profession de psychiatre (autonome par rapport à la neurologie) jusqu'à la bisexualisation des hôpitaux psychiatriques. Cette recherche illustre les quatre points que repèrent les Archives de la Ville de Paris comme événements : l'histoire politique de la France, les grandes mutations administratives, les avancées fantastiques de la médecine, et l'histoire interne de l'asile.[résumé d'auteur]
L'essor irrésistible d'une discipline abolie : la neuropsychiatrie en France (1968­2018)... / Estingoy, Pierrette. 2019 , ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES , vol. 177, n° 5. - 459-463 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/article/1292195
Résumé : L'avenir de la psychiatrie préoccupe périodiquement la profession autour d'une quête identitaire, teintée de valeurs humaines comme l'éthique, qui seraient plus ou moins bien défendues par telle approche ou tel référentiel. En toile de fond, surgit alors le sentiment de menace face à son évolution à la faveur des neurosciences et de sa (re)dissolution au sein d'une neuropsychiatrie (trop) médicale. Cette discipline vertement abolie dans les suites des événements de Mai 68, à l'occasion du remaniement des études médicales, semble en effet plus vivace que jamais. Nous verrons que la conception de la même nature des troubles, entre neurogenèse et psychogenèse, est au coeur de cette problématique qui fait rage, et depuis longtemps. Mais si craintes et débats s'exposent volontiers dans la presse, sans doute trop peu de messages d'espoir et de réconciliation entre neurologie et psychiatrie trouvent leur place. A la lumière de cette histoire, l'objet de ce propos sera ainsi de défendre l'intérêt d'une approche intégrative en (neuro ?)psychiatrie qui ne sacrifierait ni les savoirs scientifiques ni la dynamique de la vérité subjective à l'accomplissement de notre art.[résumé d'auteur]
De l'antipsychiatre à la post-psychiatrie / Seidel Diaz, Freddy. 2019 , ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES , vol. 177, n° 5. - 456-458 Consultable à : BmHEy / IFCS / IFSI
Texte intégral si le CHSA est abonné : https://www.em-premium.com/article/1292194
Résumé : "L'histoire de la Psychiatrie, ses objectifs, les idées ou les moyens qui ont été mis en place par ceux qui se sont occupé de la santé mentale des populations ou de ceux qui l'ont perdue n'a pas cessé de changer au rythme des mutations successives, d'ordre technologique, philosophique ou sociétal. La démarche de la 'psychiatrie' pour adapter la représentation sociale de la folie au langage et aux méthodes de la Médecine s'est toujours heurtée à des difficultés épistémologiques, parfois irréconciliables, entraînant des configurations successives des savoirs et des pratiques ou 'paradigmes' dans le sens de Kuhn (de la folie à l'aliénation mentale, à la maladie mentale ou encore la notion de structures psychopathologiques) afin d'expliquer le signifiant et les causes de la 'chose mentale'. Depuis les années 1980, on constate le domaine du modèle biomédical, technologique, dans lequel les phénomènes mentaux sont expliqués par des altérations de la biochimie cérébrale, mettant à l'écart les racines sociales et culturelles de la 'folie' ou les considérant comme accessoires et sans importance. Depuis quelques années de domaine absolu, la Psychiatrie biologique ou bio-commerciale commence à montrer ses limites dans l'action et dans ces théories en même temps que les demandes sociales des prises en charge complexes n'ont pas cessé d'augmenter et que les collectifs d'usagers de la psychiatrie font valoir leurs droits légitimes, la situation est devenue une véritable 'bombe à retardement' dans le cadre d'une nouvelle crise comparable à celle déclenchée par l'Antipsychiatrie pendant les 'sixties'. En 2001, le BMJ a publié un article fondateur d'un nouveau départ pour notre discipline, intitulé 'Postpsychiatry: a new direction for mental health' dont les auteurs signalaient que la société actuelle demande un type de psychiatrie différente ainsi qu'un nouveau 'pacte' entre professionnels de la santé et les usagers. Le débat est à nouveau ouvert mais cette fois-ci il dépasse largement la confrontation Psychiatrie-Antipsychiatrie. La Post-Psychiatrie propose un changement de paradigme dans une approche post-moderne où la psychiatrie puisse laisser de côté ses 'certitudes' préalables pour incorporer d'autres 'discours', à la recherche d'une nouvelle épistémologie intégrative ; en somme, d'une psychiatrie de la diversité.[résumé d'auteur]"
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    

  Envoyer par email   Tout ajouter au panier   Imprimer la liste 


Critère de recherche ou combinaison
Mots clés SantéPsy   HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE
Cote   500-@
Et : Date de parution   #a-1
Et : Ligne 1 Ou Ligne 2   1/2
Et : Ligne 3 Et Ligne 5   3/5

Trier :
Documents